Dans le coeur des Restos

Carcassonne. Février 2016. Dans cette ville accusant un taux de pauvreté de plus de 20%, selon la dernière enquête de l’Insee, l’accueil de jour des Restos du Cœur voit défiler quotidiennement une centaine de personnes du lundi au vendredi, de 6 heures à 13 heures, durant la campagne d’hiver. Des gens de la rue au long court, des punks provenant des différents squats de la ville mais aussi des personnes « qui ont un toit mais qui n’arrivent pas joindre les deux bouts » … tous sont accueillis chaleureusement et sans condition dans ce lieu « où personne ne se juge ». Chaque jour, une vingtaine de bénévoles, pour la plupart retraités, se donnent corps et âmes pour leur assurer deux repas chauds et surtout une écoute et du réconfort, tout cela dans une ambiance presque fraternelle. De la récupération des denrées dans les magasins partenaires au nettoyage des locaux en passant par le service, la cuisine ou encore par la distribution de vêtements, l’accueil de jour est une véritable entreprise du cœur qui tourne à plein régime. Jacques Julien, le directeur de la structure, l’assure: « être bénévole à l’accueil de jour est une vocation.»
L’antenne de Carcassonne, créée en 1987, est l’une des seules de France à ne pas profiter d’un local mis à disposition par la municipalité. Ce qui oblige l’association à louer un vieil hangar, aujourd’hui vétuste, à un particulier depuis bientôt trente ans. On est bien loin, et pourtant si près, des remparts illuminés de la célèbre, et ô combien touristique, cité médiévale.