Rap Ku Suto

Colombie. Le village de San Basilio de Palenque, situé dans les contreforts des Montes de Maria à une soixantaine de kilomètres de Carthagène, constitue un témoignage unique du passé colonial colombien et de l’émancipation des esclaves. Classé patrimoine immatériel de l’Unesco en 2005, il est l’un des villages fortifiés appelés « palenques » fondés au XVIIe siècle par des esclaves fugitifs cherchant refuge dans les montagnes. San Basilio est le seul « palenque » à avoir survécu, devenant un espace culturel unique, aux pratiques sociales, médicales et religieuses qui lui sont propres ainsi qu’à la langue et aux traditions musicales puisant leurs sonorités dans les racines africaines de ses habitants. Berceau du genre musical de la champeta, lieu de naissance de plusieurs groupes de musiques à succès, le village de 5000 habitants est un véritable vivier musical où le son des tambours résonne à chaque coin de rue et où le rap rythme la vie de jeunes prodiges.

Le duo Rap ku suto (qui signifie « notre rap » en langue de Palenque) est le fruit de la collaboration entre Faiker, un rappeur né à San Basilio, et Eduar, un artiste originaire du Choco, installé depuis quelques mois à Palenque. Dans leurs textes qu’ils veulent engagés, ils dénoncent notamment la ségrégation dont est victime la communauté afro-colombienne et la corruption qui sévit dans le pays au détriment des minorités. 

Ces photographies sont issues d’un projet transmédia au long court sur l’héritage de la culture africaine en Amérique du Sud.